Share
LePalatin.com
A oublier, et vite

A oublier, et vite

Alors que la SIG disputait un match très important dans la course à la qualification, elle a été dominée dans presque tous les domaines par les espagnols de Madrid (81-65). Avec cette troisième défaite consécutive en BCL, il faudra presque un sans faute pour espérer voir les huitièmes de finale au mois de février.

Malgré les belles intentions montrées avant la rencontre, le début du match fut espagnol. Brown puis Landesberg creusèrent un premier écart, si bien qu’après quatre minutes, la SIG compta déjà 7 points de retard (11-4). Miro Bilan fut bien le seul à surnager et la défense de Strasbourg certainement encore en trêve. L’Estudiantes en profita et avec une solide réussite prit 14 points d’avance. Heureusement, en fin de quart temps, Bost (5 points consécutifs) puis Labeyrie, bien trouvé par Atkins, permirent à la SIG de ne compter que 9 points de retard (22-13).

Mais dès l’entame de la seconde période, les difficultés n’étaient pas finies pour Strasbourg. Vicedo était dans une bonne période et marqua deux fois consécutivement à 3 points. Malgré les premiers points d’Inglis, l’écart fut tout de même de 14 points (34-20, 14ème minute). Même lors des rares passages où la SIG défendait mieux, les espagnols affichaient toujours autant de réussite et parvenaient à trouver des failles. Vicedo puis Pena trouvèrent la mire à 3 points et Madrid prit 18 points d’avance (40-22, 16ème minute). Même David Logan n’y arrivait pas, se faisant tour à tour contrer par Sutton ou voyant son tir faire gamelle. A la mi-temps, le match n’était pas encore plié, mais pas loin (51-30).

La belle réussite au tir des espagnols (14/17 à 2 points, 7/16 derrière l’arc) n’était pas étrangère à ce large avantage, tout comme le 11/22 à 2 points et 2/10 à 3 points pour la SIG. Le meneur  Cook, ancien de Strasbourg, affichait même déjà 8 passes décisives à la pause.

Au retour des vestiaires, les hommes de Vincent Collet affichaient enfin un visage un peu plus digne de leur niveau. Avec une défense retrouvée, ils posèrent plus de difficultés aux espagnols. Mais rapidement sous la menace des lancers francs (4 fautes après 3 minutes de jeu dans ce quart temps), dont notamment deux joueurs majeurs à 3 fautes (Wright et Bilan), l’écart ne bougeait pas beaucoup (57-39, 24ème minute). Dee Bost sera sanctionné d’une faute technique et cette fin de quart fut hachée, marquée par les nombreuses fautes sifflées. Malgré plusieurs possibilités de réduire l’écart, rien n’y faisait et Madrid pu terminer la période dans une position plus que confortable, 66 à 43.

Dans un quatrième quart temps sans réel intérêt, la rencontre se finit presque en roue libre pour les deux équipes, les têtes des strasbourgeois étant déjà certainement tournées vers Dijon où la SIG se rendra dès vendredi.

Après ce match totalement manqué, il faudra faire preuve d’une vraie force de caractère pour rebondir aussi rapidement. Mais cela permettra au moins de savoir si l’équipe a les moyens pour aller au bout cette année. Un mal pour un bien ? Réponse dès vendredi soir…

Crédit photo : Lucas Ruch