Share
LePalatin.com
Une victoire « Mirobilante »

Une victoire « Mirobilante »

Affronter Bourg en Bresse en basket, ce n’est jamais la même histoire. Battue de manière presque incroyable à l’aller, la SIG avait fait exploser son adversaire en Coupe de France. Mais hier soir, ce fut une toute autre histoire tant les joueurs strasbourgeois ont du s’arracher pour remporter un succès important en Pro A. Avec un secteur intérieur performant malgré l’absence de Louis Labeyrie, la SIG s’est imposée d’un petit point, 79 à 78.

D’entrée, la majorité des attaques des deux équipes passèrent par les mains de joueurs intérieurs. Peacock et Ndoye du côté de Bourg, Bilan du côté de la SIG. Ce dernier, papa depuis quelques heures, allait jouer l’une de ses meilleures partitions depuis son arrivée à la Strasbourg (21 points, 13 rebonds, 5 passes décisives pour 34 d’évaluation au final). Chacun se répondait, mais ce fut bien les visiteurs qui prirent les devants, la SIG oscillant pendant presque toute la période entre 3 et 5 points derrière la JL. Les dix premières minutes se terminaient donc avec un avantage en faveur des visiteurs, 17-22.

Durant le début du deuxième acte, ce fut pourtant les arbitres qui se montrèrent, avec de nombreux coups de sifflets. Dee Bost fut sanctionné d’une faute technique et certains oublis défensifs, notamment sur Garrett Sim permirent à Bourg de creuser un écart à deux chiffres, 29-40 (17ème minute). Le secteur « extérieur » strasbourgeois fut à la peine, enchaînant pertes de balles, fautes (Dee Bost dû sortir après sa technique) ou adresse famélique (David Logan pointait à 1/6 à 3 points à la pause). Heureusement, Darion Atkins et Miro Bilan se montrèrent solides et grâce à un moment fort en fin de période (10-3), l’écart à la mi-temps n’était que de 4 points, 39-43.

Après le repos, Bourg n’avait rien perdu et démarra avec deux paniers consécutifs pour porter l’avance à huit points. C’est peut-être ce qu’il fallait à la SIG pour se réveiller. Avec un 11-3 inscrit en deux temps trois mouvements, Strasbourg recolla au score. David Logan avait retrouvé de l’adresse et Zack Wright son activité et sa justesse, comme à son habitude. Miro Bilan plaça ensuite les blancs en tête (54-53, 25ème minute). Mais un nouveau coup du sort ajouta encore un peu plus de piment à cette fin de rencontre. A la suite d’une faute sifflée à son encontre, Damien Inglis montra un peu trop sa frustration et écopa d’une cinquième faute, ce qui l’obligea à quitter la rencontre. Mais cette décision ne frustra en rien Miro Bilan qui continua son chantier, cette fois sur la ligne des lancers pour donner 4 points d’avance à Strasbourg avant la dernière période (62-58).

La fin de match fut irrespirable, à l’image des Playoffs de l’an dernier. Chaque équipe se répondait à coup d’actions de grande classe ou de trois points assassins. Le nouveau venu à Bourg, Trey Lewis, inscrit un primé venu d’ailleurs à deux minutes du terme pour mettre Bourg en tête d’un petit point (75-76). Mais Bilan puis Atkins ne tremblèrent pas et la SIG était en tête à 20 secondes du buzzer (79-78). La dernière offensive bressane allait être mal négociée et les arbitres sifflèrent un « pied » en faveur de Strasbourg à 2 secondes du terme. Le public pouvait souffler, l’essentiel était acquis.

Grâce à ce premier succès de la SIG dans l’histoire de la nouvelle « Jeep Elite », Vincent Collet et ses hommes confortent leur position dans les trois premiers du classement, à égalité avec Monaco et devant Le Mans, qui compte encore un match en moins (ce soir à Chalon). De plus, cette victoire est aussi la meilleure des façons de préparer la rencontre à venir en BCL, à Klaipeda. D’ici mercredi, l’effectif devrait même enregistrer les retours de Louis Labeyrie et Jérémy Leloup. Plutôt de bonnes nouvelles, non ?

Crédit photo : Clément Rebholz