Share
LePalatin.com
Vincent Nogueira, entre foot et basket

Vincent Nogueira, entre foot et basket

Formé à Sochaux avant de rejoindre la côte est des Etats-Unis et plus précisément Philadelphie, Vincent Nogueira est un grand fan de sport. Il a notamment profité de son enrichissante et intéressante aventure outre-Atlantique pour découvrir les sports US et l’engouement populaire qui les entourent. A Strasbourg depuis 2016, il est depuis devenu un habitué du Rhénus et autres salles strasbourgeoises pour continuer à suivre ces sports.

Tout d’abord, comment t’es venu cette passion du basket ?
Cette passion m’est venue un peu par hasard. Fan de tous les sports à la base, j’ai réellement pris goût au basket-ball en 2007. Je faisais mes débuts en professionnels à cette époque et le début des vacances coïncidait avec la période des Playoffs NBA. J’ai regardé quelques matchs et j’en suis devenu fan.
As-tu pratiqué ce sport étant plus jeune ?
Non, je n’ai jamais pratiqué le basket au sein d’un club. J’ai bien sûr joué avec mes amis, mais mon sport de prédiléction était le football. J’ai tout de même un souvenir qui me revient lors de vancances passées en famille, quand j’avais 11 ou 12 ans. Un entraîneur d’une équipe de basket de jeunes m’avait proposé de faire un licence au sein de son club, proposition que j’avais décliné.
On croisait souvent Felipé Saad au Rhénus lorsqu’il jouait à Strasbourg. D’autres joueurs du Racing se rendent régulièrement à la SIG ?
Felipé est un vrai fan de basket. Mais dans l’effectif actuel, peu de joueurs suivent la SIG. Jérémy Blayac par exemple s’y intéresse, même s’il est plus suiveur de la NBA (il est fan de Minnesota).
Donc ce n’est pas un sujet de discussion récurrent entre vous ?
Non. Mais il y a tout de même une personne avec qui j’en discute régulièrement, Antoine Roth. C’est notre kiné et il était quelques saisons à la SIG avant de revenir au Racing. Donc quand on passe du temps ensemble, la SIG est un sujet qui revient.
Tu as évolué en MLS où le basket est souvent consideré comme le troisième sport derrière le Base-ball et le Foot US. Suivais-tu aussi ces sports ?
A la base, je suis un grand fan de sport, alors quand j’étais à Philadelphie, je me régalais. Cette ville respire le sport et propose une franchise dans presque tous les sports de haut niveau américain. Là-bas, ils savent vraiment te donner envie d’aller au stade. J’allais régulièrement voir le Foot US et le Hockey, en plus du basket. Le Foot US était quelque chose de nouveau pour moi, j’ai vraiment découvert ce sport là-bas. Quant au hockey, j’ai été impressionné par l’intensité des matchs. D’ailleurs, en plus du basket, je me rends régulièrement à l’Iceberg pour voir les matchs de l’Etoile Noire.
Philadelphie possède une franchise historique de la NBA. Tu devais souvent te rendre au Wells Fargo Center ?
Oui, nous étions quelques fois invité pour aller voir les Sixers (la franchise de Philadelphie). Mais en NBA, les matchs de saison régulière ne sont pas toujours les plus intéressants, contrairement aux matchs de Playoffs. J’allais donc plus souvent voir le hockey ou le foot US. Par contre, j’ai assisté à de nombreux autres matchs, que ce soit à New-York, Brooklyn ou San Francisco. Lors de vacances en Californie, j’étais présent lors du match d’ouverture de Golden State (face à la Nouvelle Orléans). C’était le soir de la remise des bagues de champions. Un très bon souvenir.
As-tu eu la possibilité de rencontrer des joueurs NBA ?
Oui, à Philadelphie, Ben Simmons et Joel Embiid nous avaient rendu visite. A l’époque, ils n’étaient pas encore les joueurs qu’ils sont aujourd’hui mais tout de même, ça avait été sympa de pouvoir les rencontrer et échanger avec eux. Certianes fois, nous avons même eu la possibilité de visiter les installations des Sixers, que ce soit la salle, les infrastructures d’entraînement, salles de musculation. C’etait très impressionnant.
A choisir, es-tu plutot NBA ou Pro A ?
Je dirai NBA. Notamment lors des Playoffs où l’ambiance monte vraiment de plusieurs niveaux. J’ai suivi une série en direct à Brooklyn et la ferveur des supporters et le show dans la salle étaient très impressionnants. En France, c’est différent, même si l’ambiance au Rhénus m’a vraiment agréablement surpris. La salle est bien plus petite qu’aux Etats-Unis mais lorsque c’est plein, les supporters font vraiment beaucoup de bruits et l’ambiance est au rendez-vous. Vraiment, j’aime me rendre au Rhénus lorsque je peux.
D’après toi, qu’est ce qui manquait à Strasbourg pour décrocher le titre de champion ?
Vraiment pas grand chose. L’an dernier, on aurait tout aussi bien pu battre Chalon. Dans le sport de haut niveau, c’est déjà incroyable d’arriver cinq fois de suite en finale. Même si elle ne l’a jamais gagné, le fait de répéter ce genre de performance prouve bien qu’en France, la SIG fait parti des meilleurs équipes.
Quels sont tes pronostics pour la saison (NBA et Pro A) ?
En NBA, je vois à nouveau Golden State s’imposer. Ils ont une très bonne équipe et beaucoup d’entres eux ont du vécu en commun. En France, j’espère que la SIG parviendra à s’imposer. L’effectif est vraiment intéressant, étoffé et de qualité pour enfin décrocher ce titre.

Crédit photo : Icon sport