gggg

Nous avons essayé pour vous... les courses de Brumath

Autres sports
18 Novembre 2018 20h10

En ce dimanche 18 novembre avait lieu la 12ème édition des Courses de Brumath. Pour AlsaSports, nous avons testé ce rendez-vous incontournable de la fin de saison de running. Malgré un beau ciel bleu, la température matinale était bien fraîche pour les six courses prévues.

Déjà, il ne faut pas se voiler la face, pour les novices, courir sans un minimum d'entrainement est à exclure si vous ne voulez pas finir dans une grande désillusion personnelle. "Y'en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes" qu'il disait. Résolution prise cet été pour une préparation optimale afin d'être prêt le Jour J. Malheureusement, quelques barbecues estivaux auront eu raison de mon entrainement. Qu'importe, le mois d'octobre sera plus propice à la course à pied. Que nenni, les soirées raclettes tronqueront complètement une préparation pourtant indispensable. Nous arrivons donc en ce dimanche, jour de l'épreuve tant attendue et si redoutée à la fois. Une nouvelle fois, beau succès de l’événement avec plus de 2.000 inscriptions dans les six catégories. S'il est facile de distinguer un rugbyman dans un magasin de porcelaine, il a été très facile de remarquer les habitués du running à leurs équipements. Il est vrai que pour ma première course, mon short très large, mes quatre pulls et mon bonnet péruvien bien collé sur les oreilles, je ressemblais plus à une personne de l'organisation de la course qu'à un postulant à une place dans les... 500 premiers.

C'est l'heure, 9h15, départ des 5 kilomètres pour les 743 participants. Il est vrai que les trente premières secondes sont au ralenti, du au traffic de coureurs sur la ligne de départ mais dès le premier virage, les choses s'accélèrent. Le sexagénaire me dépassant au 2ème kilomètre, puis le minot de 15 ans et le père de famille avec sa poussette n'ébranlent en rien ma cadence. Avec comme objectif de ne pas m'arrêter, les mètres passent, puis les kilomètres pour enfin, apercevoir l'arrivée. Dans un dernier sprint pour gagner trois places au classement et pour avoir une raison de me plaindre dans deux jours d'un mal musculaire inexpliqué, je passe cette ligne tant espérée depuis 9h16 dans un anonymat général mais une jouissance intérieure non négligeable. Mon temps, 30'40 et une 615ème place. Impossible d'être déçu ou content mais un temps référence pour l'édition 2019.