20190331_143509

Du Chic à Pornic

Autres
4 Novembre 2019 19h36

Inconditionnel du Racing depuis tout petit et de la SIG depuis un peu moins longtemps, Thomas Meyer arpente régulièrement les nombreux lieux sportifs alsaciens. Le week-end prochain, il sera dans un rôle légèrement différent puisqu’il représentera l’Alsace à Pornic, pour l’élection de Mister Chic France 2020.

Tout démarrait en 1996, à Ittenheim, commune proche de Strasbourg. D’ailleurs, une grande partie de sa vie se déroulera là-bas, son village, dont il allait logiquement défendre les couleurs bleues et blanches du club de foot local. Des premiers pas prometteurs pour Thomas mais qui passeront pourtant en retrait lorsqu’il s’agira de faire le choix des études. Cette décision l’emmènera à plus de 5800 kms de son Alsace natale, à Chicoutimi, pour y valider son diplôme en génie civil.

L’Amérique du Nord, vraie expérience de vie

Quatre mois entre janvier et mai 2019 où Thomas put découvrir les charmes de la vie québécoise, mais aussi le sport outre-Atlantique : « J’ai surtout assisté à des matchs de Hockey. Dans la ville où j’étudiais évoluait une équipe de deuxième division et la saison battait son plein. C’était vraiment une ambiance géniale, avec une salle de 6000 places pleine à chaque match. Sportivement, cela restera un très bon souvenir ».

On dit souvent que voyager permet de s’ouvrir l’esprit. Durant son séjour canadien, Thomas en a profité pour visiter : Toronto et New-York figuraient au programme. Malheureusement, l’occasion d’aller tâter la balle orange dans de mythiques salles nord-américaines ne s’est pas présentée : « Un vrai regret de ne pas avoir pu assister à un match NBA ». Qu’importe, la SIG est là.

Le Racing, partout

Pourtant, mettre presque 6000 kms entre sa famille, ses amis et lui ne l’empêchaient pas de rester proche. Et bien sûr, les résultats du Racing n’étaient jamais manqués : « Quand tu pars au Canada, tu as l’avantage de pouvoir facilement suivre le soccer, comme ils disent. Avec six heures de décalage horaire (en moins) et des horaires de cours assez bien aménagés, j’arrivais toujours à regarder les matchs, avec il est vrai une qualité pas toujours parfaite ». Et si un résultat venait à manquer, il pouvait compter sur son frère Mathieu pour le tenir au courant.

Loin d’être le championnat le plus suivi outre-Atlantique, Thomas se débrouillait toujours pour vivre à l’heure du Racing : « J’étais loin, mais mon cœur y était. J’avais toujours mon maillot et mon écharpe à proximité et il est vrai que l’ambiance de la Meinau me manquait ».

A son retour en France, les premiers diplômes obtenus, Thomas décidait de relancer sa carrière de footballeur. Logiquement, c’est son club d’Ittenheim qui allait bénéficier de ses talents et loyaux services : « Après plusieurs années d’arrêts, j’ai décidé de reprendre le football en club. Malheureusement, je me suis rapidement blessé et j’espère revenir en forme après la trêve ».

Un vrai Mister Chic

Ce retour prévu début d’année prochaine pourrait bien l’être auréolé d’un tout autre titre, celui de Mister Chic France 2020. Un peu par hasard, Thomas s’est retrouvé dans une aventure et un monde jusqu’alors inconnu : « J’ai toujours eu envie de découvrir de nouvelles choses et cette opportunité en fait partie. J’ai été élu Mister Chic Alsace 2019 et désormais, je vais représenter l’Alsace au niveau national le 10 novembre à Pornic ». Gagner ce genre de concours ? Pas vraiment l’objectif : « J’espère avant tout en profiter un maximum. Gagner, pourquoi pas, mais ce n’est pas mon grand objectif dans ce type d’aventure ».

Néanmoins, en cas de victoire, Thomas a déjà en tête la suite de l’histoire : « Être élu Mister Chic France me permettrait de participer à un concours international, et pourquoi pas, m’ouvrir d’autres portes ».

Et surtout, représenter son Alsace, son village, au plus haut : « Porter un maillot du Racing en cas de succès ? Pourquoi pas (rires), mais je ne sais pas si ce sera possible ».

Alors pour faire flotter l’écusson du Racing à Pornic le 10 novembre et enfin remporter une victoire à l’extérieur, n’hésitez pas à suivre Thomas sur sa page.

A propos de l'auteur

Lucas Fischer