20180917191011-945d23a7-me

Enfin l’année de Geispo’ ?

Basket
15 Août 2019 12h01

A Geispolsheim, les saisons se suivent et se ressemblent. Toujours placé, jamais gagnant, le CJS tentera cette saison une nouvelle fois de déjouer les pronostics et de prendre (enfin) place parmi les deux premiers, synonymes de Playoffs. Avant la reprise, rencontre avec une des cadres de l’équipe, Marie-Ange Vincent.

Avant de profiter de quelques jours de vacances bien mérités, l’intérieure geispolsheimoise admet qu’avoir manqué (de peu certes) l’objectif des Playoffs laissait un léger goût amer : « C'est évident que je regrette de ne pas avoir atteint l'objectif qu'on s'était fixé avec l'équipe d'autant plus que ça fait déjà 2 ans de suite qu'on rate cet objectif de peu. Après j'essaye de relativiser on termine à la 3e place donc ça reste une bonne saison ».

Bien entendu, toucher le but d’aussi près permet de nourrir de nouvelles ambitions. L’objectif avoué pour la prochaine saison n’est donc on ne peut plus clair … les Playoffs. Après deux dernières saisons prometteuses, les filles de Laurence Lemarchand profiteront de la solide expérience acquise pour « ne pas répéter les même erreurs » et ainsi enfin atteindre leur objectif. Mais rien ne sera simple dans une poule à nouveau relevée ou des équipes comme Sceaux ou Ifs feront office d’adversaires sérieux.

Un renouveau pour enfin franchir le cap ?

Pour se donner tous les moyens possibles, Geispo’ pourra également compter sur un effectif stable. Hormis Monique Ilouga et Julia Duggan qui ne poursuivront pas l’aventure avec les bleues et blanches, les coéquipières de Marie-Ange s’appuieront sur Juliette Nold, intégrée pleinement de l’équipe réserve, mais aussi Brianna Wilson (poste 5), Manon Coquelin (poste 4) et Yvanna Enjolvy (poste 1). Du talent, de la jeunesse et également cette petite touche d’inconnue qui apporte son lot d’impatience : « Je ne peux pour l'instant en dire beaucoup plus sur nos nouvelles recrues mais j'attends la reprise pour apprendre à les connaître » !

Dans l’effectif, Marie-Ange fait désormais office « d’ancienne ». Un rôle important qui ne semble pas déplaire à l’intéressée : « Effectivement je suis la plus ancienne de l'équipe 1, je n'ai d'ailleurs connu que ce club tout au long de ma carrière. C'est un club familial dans lequel je me retrouve. J'essaye chaque année de véhiculer et transmettre au mieux les valeurs de celui-ci, à la fois en intégrant les nouvelles venues mais aussi en participant à la vie du club ».

Connaissant les moindres recoins de ce club, l’intérieure se veut être une garante de la bonne entente du groupe, mais aussi des relations entre le staff et ses coéquipières : « Je ne dirais pas que je me considère comme un relais c'est avant tout à la capitaine de tenir ce rôle mais j'accorde beaucoup d'importance à la relation coachs joueuses ».

Fufu’, le nouveau derby

La saison dernière, le calendrier était rythmé par deux rendez-vous importants : les derbys face à la SIG. Quelques kilomètres seulement entre les deux salles et des joueuses se connaissant sur le bout des doigts rendaient cette double confrontation attendue. Pourtant, malgré la montée de la SIG à l’échelon supérieur, un autre derby rythmera la saison du CJS : celui face à Furdenheim : « Un derby est toujours particulier à jouer parce qu’on joue contre nos amies, contre une équipe voisine donc on a à cœur de remporter ce genre de match. Mais quoi qu'il en soit notre objectif est d'aller en playoffs et pour cela il faut gagner un maximum de matchs j'aborderai donc celui de Furdenheim comme les autres. Mais au-delà du derby, je suis contente de ces deux montées (la SIG et Furdenheim) car ça permet de mettre en avant le niveau du basket féminin alsacien ».

Et si c’était maintenant au tour de Geispo’ de mettre encore un peu plus le basket alsacien en avant ?

Crédit photo : Alain Rauscher

A propos de l'auteur

Julien