62439748_2383803791848859_774995512481808384_n

Gries, la tête haute

Basket
10 Juin 2019 22h02

Gries se sera fièrement battu, revenant dans le dernier quart temps pour prendre l’avantage. Malheureusement, cela n’aura pas suffi pour battre Rouen qui s’impose en Alsace 78 à 74 et jouera les finales de Pro B. Une excellente saison malgré tout qui restera historique pour le BCGO.

Pas de temps mort. Le match démarrait sur un rythme très intense et Rouen plantait les premières banderilles (0-4). Jean Baptiste Maille et Earvine Bassoumba donnaient un peu plus de relief (3-9) mais profitant d’une bonne adresse à trois points (4/8 dans la période), Gries recollait (9-9, 4ème minute). Face à une défense rapidement sanctionnée de cinq fautes, Lasan Kromah en profitait et inscrivait cinq points de rang pour son équipe (9-14). Le BCGO avait le mérite de revenir (13-14) mais perdait Evan Yates et Jamar Diggs permettait aux siens de prendre 8 longueurs d’avance après 10 minutes (18-26).

Gries retrouve sa défense

Gide Noël démarrait le second quart temps avec un « And one » avant que Rouen ne passe un 9-0 aux Alsaciens, obligeant Ludovic Pouillart à poser son premier temps mort. Un temps mort qui ne calmait pas les ardeurs normandes même si Gide Noël et Aurélien Rigaux mettaient fin à trois minutes de disette et réveillaient la salle (26-35, 15ème minute). Gries défendait mieux et provoquait logiquement plus de pertes de balles de la part de son adversaire. Ce même Rigaux rapprochait encore un peu le BCGO (31-37) avant qu’un anti-sportive sifflée à l’encontre de JB Maille et une technique contre Yann Siegwarth ne bouge encore un peu plus les lignes (35-41). Un retour à -6 puis -2 (40-42, 18ème minute), même si Rouen, aux lancers, reprenait un peu d’air avant la pause (40-46).

Rouen revenait bien des vestiaires (40-51) mais se voyait rapidement privé de son meneur JB Maille, auteur de sa quatrième faute. A plusieurs reprises, Gries aura l’occasion de revenir, se rapprocher et souffler sur la nuque de son adversaire mais quelques lancers laissés en route et certains mauvais choix les en empêchèrent. Heureusement, de l’autre côté du terrain, Rouen n’en tirait guère avantage et six petites unités séparaient les deux formations avant le dernier acte (53-59, 30ème minute).

Gries revient, mais…

Comme dans le quart-temps précédent, Maille commettait rapidement sa cinquième faute, synonyme de fin de match et Zengotitabengoa, de loin, visait juste (56-59, 31ème minute). Il était parfaitement imité par Yann Siegwarth qui égalisait (59-59, 32ème minute). Comme face à Vichy, la salle jouait parfaitement son rôle et Gide Noël, d’un panier à l’intérieur, permettait enfin à Gries de mener (65-64, 35ème minute). Les deux équipes ne se quittaient plus, jusqu’à ce panier d’Olivier Cortale, chanceux, mais qui faisait rugir la salle (72-68, 37ème minute). Jamar Diggs profitait ensuite d’une perte de balle de Zengo pour égaliser (74-74, 39ème minute) puis enfilait son habit de patron pour redonner l’avantage aux siens (74-76). Asier Zengotitabengoa manquait ensuite les balles d’égalisation et sur la ligne des lancers, Lasan Kromah validait la qualification normande 74-78.

Difficile fin pour le BCGO qui avait presque réussi à retourner la situation, comme face à Vichy. Cette fois, l'histoire s'arrête là...

Crédit photo : Florian Fischer

A propos de l'auteur

Julien