IMG_3189

Le rêve se poursuit pour Gries

Basket
1 Juin 2019 23h57

Gries a tremblé, sué, mais Gries a fini par vaincre Vichy-Clermont pour atteindre les demi-finales de pro B. Un résultat historique qui s’est construit dans un dernier quart temps de folie. Gide Noel (19 points) et Yann Siegwarth (17 points) ont grandement contribué à ce succès. Désormais, place à la demi-finale face à Rouen.

Dans la lourde chaleur de la Forest Arena, Gries démarrait le match par le bon bout : un primé de Xavi Forcada, suivi de paniers de Yann Siegwarth et d’Olivier Cortale permettaient aux Alsaciens de mener (7-3). Pas de quoi affoler les Auvergnats qui recollaient (7-6) puis repassaient devant grâce à Mehdy Ngouama (7-10, 4ème minute). Les visiteurs allaient ensuite se détacher (13-18, 6ème minute) mais le BCGO terminait mieux la période : Asier Zengotitabengoa inscrivait deux paniers de rang (17-18) et Evan Yates lui emboîtait le pas juste avant la fin de la période pour égaliser (23-23).

Le match était jusqu’ici très plaisant et cela n’allait pas s’arrêter. Gries démarrait avec un 11-2 qui les voyait prendre neuf longueurs d’avance (34-25, 12ème minute). Mais comme en première période, Vichy revenait. William Adala Moto ramenait les siens à -1 (34-33) puis Arnold Cumberbatch, muet jusqu’ici, faisait en sorte que les deux formations restent ensemble jusqu’à la pause. Pourtant, elles avaient chacune leurs opportunités pour, soit prendre le large (Gries) ou repasser en tête (Vichy-Clermont) ; la faute à des offensives mal maîtrisées débouchant sur des ballons perdus ou encore des lancers laissés en route, à l’image de ceux d’Evan Yates ou celui de Grégory Bengaber suite à une anti-sportive de Xavi Forcada. Ce fut finalement sur une ultime perte de balle d’Asier Zengotitabengoa, juste avant la pause, que Vichy-Clermont égalisait pour envoyer les deux formations aux vestiaires sur un score de parité, 48-48.

Dix minutes compliquées

Arnold Cumberbatch continuait sur sa lancée. Il commençait avec cinq points de rang (48-53) avant qu’Evan Yates ne mette fin au début d’incendie. Pourtant, la faute technique sifflée à l’encontre De Xavi Frocada (synonyme d’exclusion définitive) compliquait la tâche des locaux. Gries profitait néanmoins des cinq fautes d’équipe de Vichy pour rester sur les talons de son adversaire, bien que quelques lancers laissés en cours de route ne leur compliquent la tâche. Grâce à de nombreux rebonds offensifs, Vichy-Clermont se détachait néanmoins et menait 72 à 65 après 30 minutes.

Irrésistible Siegwarth

L’entame du dernier quart temps fut également compliquée pour le BCGO : William Adala Moto continuait son chantier, les Verts avaient toujours autant de mal à convertir les lancers francs et Gide Noël était sanctionné d’une cinquième faute, synonyme de fin de match prématurée (69-77, 32ème minute). Heureusement, un panier « and-one » de Romain Hillotte remettait Gries dans le bon chemin. Ce même Hillotte trouvait à nouveau la faille quelques instants plus tard (76-79). Il se fendait ensuite d’une nouvelle récupération de balle en provoquant une faute qui amenait au tir égalisateur de Yann Siegwarth (79-79), avant que Zengotitabengoa, en contre-attaque, ne fasse exploser la salle (81-79, 38ème minute). La fin de match devenait irrespirable et Yann Siegwart, sur deux lancers francs convertis, donnait un peu plus d’ampleur au score (83-79). Gries sécurisait enfin les rebonds mais un ballon laissé par Zengotitabengoa permettait à Vichy de revenir (83-81, 39ème minute). Pourtant, Yann Siegwarth se faufilait vers le cercle pour redonner quatre longueurs d’avance aux siens (85-81). Les « Ici c’est Gries » pouvaient résonner dans les travées, Zengotitabengoa et Siegwarth scellaient la victoire et l’historique qualification sur la ligne des lancers, 90 à 85.

Crédit photo : Lucas Ruch


A propos de l'auteur

Julien