78931631_807449029703185_5417604505166413824_o

Retour gagnant

Basket
4 Janvier 2020 22h15

Après une demie-décennie passée du côté de la Champagne, Patrice Koenig a décidé de revenir en Alsace cet été. Direction la Nationale 2 et Holtzheim pour ce coach formateur qui a su, dès le début, imposer son style et ses idées à son équipe. Actuellement deuxième de la poule D à la fin du cycle aller, il revient sur la première partie de saison (réussie) de son équipe.

Quel bilan fais-tu du début de saison de ton équipe ?

Le bilan est très positif. Nous terminons avec neuf victoires pour trois défaites et on est encore en course en Trophée Coupe de France. A ce jour on est satisfait. Le petit bémol serait peut-être la défaite à domicile face au WOSB car ce n’est jamais plaisant de perdre un derby mais en soit, ce n’est pas un faux-pas. Tout comme nos revers à Lons et Recy qui sont deux belles équipes. Nous avons un bon groupe avec une bonne alchimie, sur et en dehors du terrain. Et il faut aussi noter le bon travail de notre équipe réserve, coachée par Sébastien Hattemer. Cela nous permet d’ajouter de la qualité aux entraînements en intégrant régulièrement plusieurs de leurs joueurs.

Es-tu surpris de ce bon début de saison ?

Oui et Non. Je connais le championnat et je connais le niveau de mes joueurs. Je reste compétiteur et je prépare chaque match pour les gagner. Nous avons construit notre groupe autour de joueurs référencés comme Fredéric Minet, Drazen Klaric, Yannick Zachée ou Arthur Alaminos Barros. Avec le staff, on a fait en sorte que la mayonnaise prenne. Les joueurs ont rapidement adhéré au plan de jeu et après notre bonne préparation, les résultats se sont enchaînés avec cinq victoires consécutives. Quelque part, ce début de saison est logique et en plus, nous avons été préservés par les blessures.

Quel a été l’axe principal de travail depuis le début ?

Le premier axe a été de développer des philosophies communes avec notre équipe réserve. Ensuite, nous nous sommes appliqués à établir les règles et l’état d’esprit pour avoir une défense irréprochable, avec notamment des joueurs comme Matthieu Spitz et Yannick Zachée qui ne comptent leurs efforts. Nous avons par exemple encaissé moins de 58 points lors des cinq premiers matchs. Ensuite, il a fallu trouver les systèmes permettant de valoriser les points forts de chacun sur les phases offensives.

Personnellement, j’aime beaucoup le basket espagnol, le fait de jouer vite vers l’avant, en transition et c’est ce genre de philosophie que j’essaie de mettre en place. Le rendement est plutôt intéressant et les joueurs prennent plaisir à courir et à se passer le ballon.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés pour la phase retour ?

Nous voulons jouer le Top 4. Cela marquerait une belle amélioration par rapport aux deux premières saisons du club en Nationale 2. Mais globalement, on va chercher à gagner tous les matchs en les prenant les uns après les autres. Et puis surtout continuer à prendre du plaisir et à en donner à nos supporters car nous avons vraiment besoin d’eux pour aller plus loin.

Tu entraînes l’équipe avec Alex Hartz. Comment se passe votre collaboration ?

Notre très bon début de saison est aussi le fruit de la bonne entente qui règne entre Alex et moi. Je le connaissais déjà avant de reprendre le coaching ici à Holtzheim car on avait notamment fait le stage Lang-Westermann ensemble. Il m’assiste beaucoup, faisant un très bon travail sur la vidéo ou sur les analyses des matchs et de nos adversaires. C’était vraiment l’homme de la situation et celui qu’il me fallait pour mener à bien les objectifs fixés. Je suis très content de travailler avec lui.

Alex est aussi connu pour être un « Skills Trainer », quels avantages cela représente-t-il pour vous ?

Cela fait partie du projet. Alex, comme moi, sommes issus de la formation (à Tarbes pour Alex chez les féminines, au CCRB pour Patrice). Il est très disponible et cette fonction de skills trainer qu’il propose, peu de clubs de Nationale 2 l’offrent. C’est clairement un plus et cela intègre pleinement le projet que l’on veut mettre en place ici, à Holtzheim.

Pourquoi avoir choisir de revenir en Alsace ?

C’était un vrai choix que de revenir ici. Je suis très attaché aux valeurs alsaciennes. Après mes cinq dernières années à Reims, j’avais envie de rentrer pour profiter de ma famille. En même temps, j’ai entamé ma reconversion puisque je travaille aussi dans l’immobilier. Cette idée me trottait dans la tête depuis quelques temps et c’est l’an passé que j’ai décidé de me lancer. Aujourd’hui, je profite pleinement de cette nouvelle vie.

Avec cette double casquette, comment organises-tu tes journées désormais ?

On s’entraîne à 19h30. Alex m’aide beaucoup pour la préparation et la mise en place des objectifs de la semaine. Moi, durant mes heures creuses, je prépare les entraînements et bien sûr, cela m’oblige à m’organiser différemment. Mes semaines sont rythmées et par conséquent, je profite encore plus de mes dimanches pour me reposer. En tout cas, je suis ravi du choix que j’ai fait.

Après cinq années au CCRB auprès des jeunes et des professionnels, qu’en retires-tu ?

J’en retire que j’ai un une chance exceptionnelle de côtoyer le haut niveau. Coacher des joueurs comme Blake Schilb, Darryl Watkins ou encore Mark Payne m’a beaucoup apporté. C’était le top de pouvoir évoluer sur et en-dehors des terrains avec eux. J’ai pu voir ce qui se fait de mieux en basket, mais aussi accumuler de l’expérience sur de nombreuses situations de jeu. Aujourd’hui, j’arrive beaucoup plus à anticiper certaines choses déjà vécues ou rencontrées. Grâce à cela, j’arrive à mieux répondre à de nombreuses situations.

Crédit photo : Page FB Vogesia Holtzheim

A propos de l'auteur

Julien Hartmann