Des nouvelles rassurantes de Pierre Ménès

Pierre Ménès : "S'il y avait bien un match à remettre lors de cette journée c'était celui-ci" !

Football
16 Décembre 2018 12h31

Bien avant la rencontre opposant le Stade de Reims au Racing Club de Strasbourg, nous avons longuement échangé avec notre parrain, Pierre Ménès. Pour le journaliste de Canal+ la rencontre n'aurait pas dû se jouer : "S'il y avait bien un match à remettre lors de cette journée c'était celui-ci ! Le contexte est très lourd. N'importe quel joueur aurait pu y être, visiter le marché de Noël en famille. Ce match est accessoire..."

Opposé à un club qu'il connaît bien pour y avoir été lors de la saison 2015/2016 en tant que responsable communication et sponsoring. Ce qui ne l'a pas empêché d'être supporter strasbourgeois lors du match d'hier soir : "J'y étais il y ba douze ans, j'ai zappé ça et je n'ai plus aucune attache avec le club. Au coup d'envoi, mon coeur sera 100% strasbourgeois. J'espère que l'arbitre n'aura pas à faire appel à la VAR, il faut avouer que l'arbitrage vidéo n'est pas l'ami du Racing. Car si Sissoko (face à Caen) a planté son pied dans la gazon, il faut quand même voir qu'il a été touché derrière la cuisse et c'est ce qui l'a amené à manquer son tir."

Nous lui avons également parlé du maillot en hommage porté par les joueurs strasbourgeois lors du match face au Stade de Reims : "Marc (Keller) m'a appelé pour avoir mon avis. Je lui avait proposé de faire un maillot tout noir sans aucun marquage. Mais celui qui sera porté me va bien également. En tout cas je voudrais souligner que même si j'habite loin, cela ne m'empêche pas de penser très fort aux Strasbourgeois ! Si ce n'est pas prévu pour le moment par manque de temps, soyez certains que dès que j'aurai un créneau je viendrais au marché de Noël ! C'est une ville qui respire l'amour et la joie".

Au moment de l'interview, nous lui avons également demandé ce qu'il pensait après les l'attentat de Strasbourg : "C'est un peu nul, mais ça te touche beaucoup quand ça se passe dans la ville que tu aimes. Tu t'inquiète pour tes amis. Tu te dis que cela aurait pu être ta famille. Mon premier réflexe a été d'envoyer un message à Marc (Keller) ainsi que toutes les personnes que je connais à Strasbourg."

Ce dimanche matin, après la défaite de ce samedi à Reims (2-1), nous l'avons contacté pour savoir s'il restait campé sur son sentiment qui prédominait concernant son envie de voir le match reporté. La réponse est claire et ne souffre d'aucune ambiguïté : "Oui et c’est normal la semaine a été plus que perturbée. Vu le nombre de match remis celui ci aurait pu l’être aussi. Mais ils ont été nuls quand même".

A propos de l'auteur

Jonathan Helbling