46850116_1755117797931553_2918301016296259584_n

Julien Burgert, nouvelle aventure lyonnaise

Hockey
11 Juin 2019 21h50

La saison de l’Etoile Noire n’a pas été de tout repos. On peut même dire qu’elle fut très compliquée avec la relégation du club strasbourgeois en fin de saison. Bien que certains moments permettent toutefois de laisser une image positive du côté de l’Iceberg, l’avenir se déroulera loin pour certains joueurs, comme Julien Burgert, désormais ancien attaquant de l’Etoile Noire et nouveau joueur de Lyon.

Que retiendra-t-on de cette saison 2018/2019 du côté de l’Etoile Noire de Strasbourg ? « Pas forcément le moment le plus heureux, à savoir la descente en D1 » nous confirme Julien Burgert. Pourtant, tout n’est pas à jeter. Dans une saison normale et dans certains autres sports, la participation au Final Four de la Coupe de France aurait déchaîné foules et passions. Las, au hockey, cela n’a pas le même effet et est, malheureusement, presque passé inaperçu dans la capitale européenne : « Cette saison, il y a tout de même eu le Final Four auquel nous avons pris part. Cela reste quelque chose d’incroyable même s’il est vrai qu’on aurait préféré aller en finale ».

Relégué depuis quelques semaines, le club naviguait pourtant déjà dans des eaux troubles durant l’intersaison précédente (à l’issue de la saison 2017/2018). Un avenir sportif prévu en D1 mais les déboires administratifs d’Epinal permettaient aux Alsaciens de continuer à patiner sur les glaces de Ligue Magnus. Une bonne chose après coup ? « Oui et non. Nous avions un petit budget et on savait que cela serait plus difficile. Mais notre effectif et la qualité de nos joueurs auraient dû nous permettre d’obtenir de meilleurs résultats. Désormais, le club retrouvera la D1 et je pense que c’est une tout de même une bonne chose pour reconstruire, repartir sur une base plus solide et retrouver la Ligue Magnus au plus vite ».

Demander à tout sportif un sentiment qu’il ne souhaite pas connaître et la réponse oscillera souvent entre grave blessure et relégation sportive. Et le constat lié à une descente tient rarement à de petits détails. Pourtant, en les additionnant, ceux-ci peuvent à la fin faire apparaître et comprendre certaines choses : « On a souvent perdu sur des petites erreurs, comme des palets perdus bêtement ou encore des erreurs de marquage. La discipline également nous a coûté cher. Nous avons joué trop de matchs en infériorité numérique (4 contre 5). Pourtant, offensivement, nous n’étions pas trop mal même s’il est toujours possible de faire mieux dans ce domaine ».

Du positif, malgré tout


Malgré tout, en repensant à cette saison, des points positifs ressortent : « Un super groupe, soudé même dans la difficulté. Le maintien a toujours été notre objectif et nous sommes restés solidaires les uns des autres, là où d’autres équipes auraient sans doute implosés. En plus, notre début de saison n’était pas mauvais. Nous étions dixièmes à moment donné, et là encore la perte de notre gardien titulaire nous a fait du mal. Mais la descente ne se justifie bien sur pas que sur ce point ».


Désormais, la carrière de Julien Burgert prendra la direction de Lyon. Un nouveau challenge, une nouvelle vie, mais surtout l’envie de poursuivre sa carrière au sein de l’élite française : « J’avais envie de continuer en Magnus. J’ai 28 ans et je sais que je peux encore progresser. J’ai passé 11 ans de ma carrière à Strasbourg et le besoin de voir quelque chose de nouveau se faisait sentir. C’était nécessaire pour ma progression ».

Direction les bords du Rhône pour un tout nouveau et séduisant projet. Mais les objectifs, il le sait, seront hauts et présentent un côté « excitant » : « L’ambition lyonnaise m’a séduit et mon entretien avec le coach local a fini de me séduire. Le but sera d’abord de continuer à progresser et puis surtout d’aller disputer les Playoffs. Et pourquoi pas ramener une coupe ? »

Mais que ce soit dans la vie privée ou sportive, onze ans ne s’oublient pas ainsi. Des souvenirs, bons ou mauvais, des anecdotes et puis surtout des liens très forts ont pu se créer. L’occasion de remercier ceux qui lui ont permis de poursuivre, aujourd’hui, sa route dans un des meilleurs clubs de France : « Je souhaiterais également remercier le club de l’Etoile Noire. Merci au staff, à Bert ‘ qui a dû nous supporter toutes ces années, et aux supporters qui ont toujours été présents. Je ne garderai que des supers souvenirs ».

Une mémoire qui devrait encore se remplir lors des prochaines saisons, avec, espérons-le, des souvenirs encore plus hauts et beaux. Après tout, le sport, c’est aussi ça.


A propos de l'auteur

Lucas Fischer